Lilas BLANO
25 janvier 2018
Laure MASCARELLO
21 septembre 2017
Voir tous les artistes

EKAT

EKAT

EKAT est née en 1964, vit et travaille à Montreuil.

Après des études aux Beaux-Arts de Paris, elle travaille principalement comme peintre pour le cinéma et le théâtre.

Parallèlement, elle poursuit sa recherche personnelle et produit de nombreuses toiles.

« Voici EkAT, la peintre. Je la regarde évoluer dans l’atelier. Je n’existe plus, assise, oubliée. Elle prend un pinceau, l’immerge dans un pot et le sort rempli d’une couleur terre, plus soutenue, brun Van Dick. Elle s’approche de la toile et avec un geste direct, met sa couleur sur la surface. Un va et vient frénétique élabore, trace et le pinceau nuance. Cette matière épaisse, chargée, s’allège, devient tantôt transparente, tantôt rugueuse, forme des îlots. Une géographie terrienne s’empare des volumes. Les formes commencent à surgir. Elle choisit un autre pinceau très court et large, elle va à un autre pot, cette fois c’est une couleur vert émeraude et luisante. Le liquide est jeté à grands gestes sur le plan qui contenait déjà du bleu. La superposition sera raclée, forcée à devenir texture. Que signifie cette cérémonie ? Le corps se courbe, s’élance, s’aplatit. Est-ce la couleur qui dicte sa chorégraphie ? Dans le silence, le bruit de chaque geste se fait sentir. La peintre prend un curieux instrument et dans un tout petit morceau, fait passer et repasser son outil une vingtaine de minutes durant. Elle incruste la même surface, épile, arrache. De minuscules boutons, des cratères surgissent qui scintillent… En prenant un torchon, elle vient vers moi, ouvre un tiroir et en sort une grande boîte en fer, où se trouvent des figurines de toile noire, encrées, et de minuscules portraits encadrés de vieux bois. Elle me présente le profil de son grand-père, photographe dans sa jeunesse et qui deviendra aveugle à la suite d’un accident. Ainsi que le portrait de sa grand-mère, qui volait pour elle des anges dans les cimetières… Toutes ces choses aimées sont enveloppées dans des papiers jaunis, des petits souliers d’enfants, peints en doré… Ce sont des objets qu’elle thésaurise depuis l’enfance. Le temps de sa peinture avait donc commencé là. Il s’est accentué pour transformer son caractère, son paysage intérieur. Celui-ci cristallise dans l’amalgame de sa mémoire sensorielle, là où chaque perception trouve sa place, en créant un univers esthétique et sensible. ».

Tiphaine Stepffer, 2006.

  • Technique mixte sur toile - 89 cm x 130 cm - visible à Lyon
    ekat - Rosalie
  • Technique mixte sur toile - 89 cm x 146 cm - visible à Lyon
    ekat - Sueno
  • Technique mixte sur toile - 120 cm x 100 cm - visible à Lyon.
    ekat - ORANE